INFLUENCES

Mes influences sont multiples. Elles évoluent sur plusieurs années soit techniquement (choix des différents matériaux), soit culturellement. Dans mon cas, la Renaissance, l’impressionnisme puis dans un second temps l’Abstraction, le Bahaus, l’Art Concret, Minimal, Cinétique … ont conduit mes recherches sur le chemin du mouvement Madi. Je pense retrouver des similitudes avec mon travail dans tous ces courants dont les fondements sont la géométrie, l’organisation de la surface, des volumes, de la ligne, des courbes et l’utilisation de l’espace…

 

Aujourd’hui, ma recherche est toujours autour du cercle, du carré, du triangle, de la ligne pour créer un nouveau monde imaginaire, transformer l’espace et la couleur. Je travaille sur les notions de transparence, de lumière, de reflets et de distorsions pour altérer la perception et solliciter les sens. Je cherche à trouver un mouvement continu au-delà du visuel, pour déstabiliser la confrontation entre le regard et l’objet, entre le spectateur et l’oeuvre et ainsi créer une interaction entre ces 2 pôles par l’utilisation de structures planes, concaves, convexes, de plans articulés mobiles ou amovibles…

 

Pour les sculptures, l’oeuvre doit pouvoir s’intégrer pleinement dans différents lieux qu’il s’agisse d’une galerie, d’installations en milieu urbain ou dans la nature. Elle doit recréer un espace dans l’espace. Concernant le public, la quête est toujours de trouver et de créer une interaction avec le spectateur afin qu’il puisse s’approprier l’oeuvre. C’est l’équation entre le temps, l’objet, l’espace et le spectateur qui donne son existence propre à l’oeuvre. Les sculptures « Messages » illustrent parfaitement cette appropriation et apportent une nouvelle dimension symbolique, sociale et participative.

 

Dans mes oeuvres, la lumière intervient sur les objets et leur environnement. Elle n’a plus seulement une fonction dogmatique d’éclairage mais participe pleinement à la création d’un espace nouveau. Elle pénètre dans les transparences et rebondit sur les signes et les matières. Elle communie avec les objets en créant des espaces clairs et obscurs, colorés et transparents. Elle donne naissance à des ombres portantes, traces de la réalité qui envahissent l’oeuvre et empiètent même sur son environnement.

 

La métamorphose s’opère par le mouvement du spectateur, dans son changement de point de vue pour arriver à deux visions du monde, l’une objective et l’autre imaginaire. Cette confrontation est l’élément essentiel pour donner à l’objet une totale liberté et créer ainsi l’illusion.

 

Les oeuvres picturales que l’artiste propose développent un imaginaire, un ressenti d’évasion, de rêve, d’appropriation. Le côté cinétique créé par l’artiste et par le déplacement du spectateur leur donne une vision 3D. Dans les oeuvres « Intemporelle », le mouvement circulaire (1 tour/ minute) permet un changement constant de l’image avec une distorsion de la notion du temps qui passe.
Piero Cipolat

Traduire »